Créer mon blog M'identifier

Les masques pour les yeux de Sephora

Le 8 mars 2016, 00:19 dans Beauté 2

Récemment, grâce aux soldes, mon mari et moi avons testé ces masques pour les yeux de Sephora.

J'avoue que j'étais très sceptique mais on m'a tellement répété que mon contour de l'oeil était déshydraté que je ne pouvais pas ne pas tenter.

Nous nous sommes donc dévoués à la tâche un dimanche après-midi, nous avons collés les patches sur nos cernes et nous avons patienté paisiblement. J'ai pris le rose dont la promesse* est "ultra-hydratant éclat" et il a pris le vert qui assure de défroisser et de rafraîchir.

A la fin des minutes réglementaires, quelle ne fut pas ma surprise de voir un vrai résultat !

J'ai massé encore un peu le produit résiduel afin de ne pas en perdre une miette  :-)

Au final, mes yeux semblent lissés, apaisés et ne tiraillent plus. L'anticerne ne file plus autant en marquant les plis de l'âge.

Pour résumer, dès la prochaine promo (parce que 3,95€ l'unité, je trouve ça un peu cher alors que je les ai eu à 2€), je m'en commande afin d'en faire un nouveau rituel dominical.Et oui, je conseille sans hésiter l'utilisation de ce petit patch à ceux et celles qui ont les yeux fatigués, déshydratés, tristes, ...

 

*Les promesses précises d'après le site Sephora.fr (http://www.sephora.fr/Soin-Visage/Masques-Gommages/Masques/Masque-patch-tissu-yeux/P2478001):

Masque-patch yeux thé vert - Défroissant rafraîchissant.
- Délivre une sensation de fraîcheur sur le contour de l'oeil.
- Défroisse la peau et procure un effet lissant.
- Pour un regard frais et réveillé.

 

Masque-patch yeux rose - Ultra-hydratant éclat.
- Désaltère la peau délicate du contour de l'oeil pour une hydratation intense.
- Donne un coup d’éclat immédiat.
- Pour une peau repulpée, éclatante et un regard lumineux.

 


Les + :
- Une découpe qui épouse pleinement les contours de l'œil et des formules enrichies en ingrédients spécialement sélectionnés pour leurs bénéfices soin.
- Un format monodose pratique : en plus de son côté nomade, il permet d'adapter sa routine de soin en fonction des besoins spécifiques et changeants de la peau. Une solution sur mesure pour des soins à mixer à l'infini ! - Une efficacité prouvée.

L'adoption : Un parcours du combattant

Le 11 septembre 2015, 00:32 dans Famille 0

Être Maman... un rêve inaccessible ?

 

 

Les Fécondations in Vitro

Tout d'abord, je dois préciser que je suis une belge vivant en Belgique car c'est un point important pour la suite de mon histoire.

Effectivement, chez nous, les fécondation in vitro (je les nommerai fiv) sont assez simples d'accès. A l'époque où nous avons entamé nos premières démarches, nous n'avons même pas du rencontrer un psychologue. Nous avons néanmoins appris que c'est nécessaire, voire indispensable, depuis.

J'avais 29 ans quand nous avons fait notre première fiv en juin 2002. Dix autres ont suivi... en vain, évidemment, car dans l'autre cas, cet article n'aurait pas lieu d'être.

Je vivais relativement bien la période pré-implantation, les piqûres, les hormones à taux élevés... Après le replacement des embryons, j'étais plus stressée évidemment car je mettais tant d'espoirs dans cette technologie... trop certainement.

Un jour, il a fallu prendre une décision : tentions-nous une douzième fois la fiv sans que les médecins puissent nous proposer un changement de protocole quelconque ? Mettions-nous une fois encore tous nos espoirs dans une expérience déjà maintes fois désastreuse ?

Je dois préciser que notre entourage ignorait tout de nos démarches car nous ne voulions pas chagriner nos parents et amis. Inutile de souffrir à 15 quand seules 2 personnes peuvent pleurer. Car oui, chaque fin de cycle négatif provoquait chez nous un grand moment de désespoir. Tenir la tête haute et continuer à travailler et à vivre comme si rien ne se passait m'a probablement aidé à garder le cap envers et contre tout.

Lorsque mes 35 ans sont arrivés et alors que je pouvais enfin demander à implanter deux embryons (la loi belge interdit d'en placer deux si la femme n'a pas 35 ans et si elle a déjà eu un début de grossesse... même si celle-ci n'a duré que quelques petites semaines dans mon cas), j'ai décidé de ne plus aller plus loin dans cette voie.

Durant 3 ans, j'ai donc pris le temps de réfléchir aux solutions qui s'offraient encore à nous. Durant la narration de cette période, je vais parler à la première personne du singulier car mon mari m'a permis de prendre mon temps et de cogiter. Il faut dire qu'il a la chance d'être déjà le papa d'une grande jeune fille.

 

La procédure d'adoption

En mai 2011, je suis venue vers lui au bureau (oui, il faut savoir que nous travaillons ensemble) en tenant précieusement dans la main une enveloppe bien remplie de papiers pour lancer une procédure d'adoption ! Et oui, il m'avait fallu 3 ans pour faire mon deuil de l'enfant biologique, celui qui grandirait dans mon ventre et me ressemblerait et c'était une bonne chose. Il faut savoir que je porte encore ce deuil sur moi car depuis quelques années, je ne m'habille plus qu'en noir. Je n'y avais jamais porté attention car ce changement avait été progressif mais la psychologue de l'association où nous nous sommes inscrits par la suite l'a remarqué... et me l'a fait constater par la même occasion.

Voilà où intervient la notion de pays car chez nous, en Belgique, nous devons suivre des cours pour pouvoir introduire une demande d'adoption, quelle soit nationale ou internationale. Je ne pense pas qu'il soit aussi difficile de devenir parents adoptifs en France, ne serait-ce déjà que parce que ce pays voisin n'a pas signé la convention (hyper restrictive) que d'autres pays comme la Belgique ont signée.

En Septembre 2011, nous avons donc assisté à nos 2 premières séances d'information générale. C'était des jeudis soir, dans une salle regroupant une vingtaine de couples plus ou moins motivés de bonnes intentions.

En Octobre, nous avons continué avec 3 séances en groupe plus restreint (une petite dizaine de couples). Nous y avons fait de chouettes rencontres avec lesquelles nous sommes toujours en contact. Ces séances de formation (et non plus d'information) étaient longues et fatigantes. Nous y étions mis en situation d'abandon, en situation de déménagement, de dépaysement extrême... Nous y avons aussi appris à prévoir les réactions d'un enfant qui vient de loin (on nous a assez vite conseillé l'adoption internationale car l'adoption nationale est encore plus compliquée !).

Vinrent ensuite les rendez-vous chez la psychologue. J'ai détesté être "mise à nu" par une personne qui m'est étrangère, détesté devoir raconter un passé qui m'est personnel, détesté devoir écouter le passé de mon Homme car ce que j'en savais était ce que je souhaitais savoir. Si j'avais voulu d'autres détails, je les lui aurais demandé ! J'en suis sortie meurtrie... et en pleurs pensant que cette entrevue était un échec, que tout était perdu. Mais non, la psy avait aimé notre franchise et notre sincérité et nous donnait, après la 3ème séance, son feu vert pour aller plus loin.

Vint ensuite la rencontre avec Mme la Juge du Tribunal de la Jeunesse car oui, en Belgique, on passe au tribunal pour avoir un "certificat d'aptitude" officiel pour l'adoption. Elle nous l'a octroyé sans souci et avec le sourire et ce fut donc un vrai soulagement.

A ce moment vint enfin le doux moment de l'annonce à nos familles. Ma belle-fille savait déjà car elle avait du écrire une petite lettre à l'attention de la Juge afin de lui dire ce qu'elle pensait de notre décision. Vu qu'elle avait été contente de notre choix, ça n'avait pas posé de problème. Ce fut ensuite le tour de ma Maman qui avait perdu l'espoir d'être une Mamy. Quelques larmes de joie ont perlé dans nos yeux en lui apprenant la nouvelle. Mon Papa, lui, fut surpris mais content aussi. Il faut dire que le temps passant, chacun pensait que je ne souhaitais pas être mère. Le sujet était même, je pense, devenu tabou car personne n'en parlait jamais.

L'étape suivante fut difficile physiquement car nous avons du chercher et trouver un traducteur agréé par la justice afin de traduire notre dossier en anglais. Il a fallu courir dans tous les sens, en période de fêtes de fin d'année, afin de pouvoir envoyer le dossier bien ficelé dès début janvier 2013 vers l'Inde.

Alors que nous pensions être cool et tranquille dans une pile de dossier en attente en Inde, nous avons appris en août 2014 que ce pays mettait en pause ses attributions d'enfants. Le nouveau système instauré chez eux quelques mois plus tôt posait des problèmes et ils ne s'en sortaient pas ! L'association a dès lors proposé de nous inscrire conjointement en Haïti, chose rarissime car, lorsqu'un dossier est accepté dans un pays, il est impossible d'en changer de cette façon. C'est dire si la situation était désespérée.

Nous voilà donc repartis vers les démarches bureaucratiques : ambassade, notaire, ... afin de remettre un nouveau dossier en bonne et dûe forme aux autorités de notre nouveau point de chute. Celui-ci est parti en octobre 2014.

Il faut savoir que nous ne demandons pas à partir dans un pays plutôt qu'un autre mais nous devons choisir, c'est obligatoire !!!

Inde ou Haïti... là n'est vraiment pas l'important !

 

 

Et maintenant ?

Depuis, c'est l'attente longue, pénible et triste. Comment ne pas penser au merveilleux coup de téléphone qui nous apprendra qu'un enfant nous est attribué. La différence avec le début de ce périple, c'est que, maintenant, nous sommes entourés de nos familles qui nous aiment et qui nous soutiennent dans cette attente.

Certains ont peur de nous chagriner ou de nous embêter en nous questionnant mais c'est toujours agréable pour moi de partager mon attente, mes espoirs, mes désillusions. Ca montre aussi qu'on s'intéresse à ce qui nous arrive. Evidemment, ce n'est pas comme si j'étais enceinte car, dans ce cas, tout le monde s'intéresserait à l'échéance, au sexe du bébé à venir... là, c'est silence et calme plat dans la plupart des cas et j'ai appris à vivre avec ça, cette indifférence, cette négligence et ça m'a permis de faire le tri dans mes "amis" (on se comprend...).

L'attente continue donc et j'ai appris, après 4 ans d'attente pour l'adoption mais surtout 13 ans d'attente d'un enfant, ce que le mot patience voulait dire. J'ai parfois des difficultés à me contenir lorsque j'entends des femmes se plaindre après quelques mois d'attente vaine mais j'ai compris maintenant que chacun perçoit le temps qui passe différement.

42 ans... déjà !

 

Un jour peut-être...

Pour clôturer cet article, j'en reviens au noir de mes vêtements car j'ai promis de porter à nouveau des couleurs lorsque mon enfant apparaîtra et je posterai alors la plus belle photo qui soit sur tous mes réseaux sociaux. Soyons honnêtes : ça ne sera pas simple car j'ai beaucoup de difficultés à m'accepter en couleurs.

 

Une fille en noir

La Deauty de Janvier

Le 26 mai 2015, 23:57 dans Beauté 0

Quel bonheur de recevoir ma Deauty de janvier 2015 !J'avoue que les dernières m'avaient un peu déçue et j'hésitais à continuer mon abonnement mais, s'ils continuent comme ça, je les suivrai encore un moment ! :-)Effectivement, elle est superbe et originale et j'adore la crème et l'échantillon de parfum DKNY "My NY" ainsi que l'Eyeliner Pen de T. LeClerc Le soin pour cheveux Essence Ultime de Schwarzkopf, bien que ce genre de shampoing et/ou baume pour cheveux soit de retour...

Voir la suite ≫